Le seeeeeeeeexe !

Mis à jour : 13 juin 2018



Le sexe, le sexe, et le sexe ! Hein ?

N’est-ce pas notre principal sujet de discussion quand on s’enivre de Pinot Noir avec un plateau de fromages ? Quand on refait le monde ou plutôt le tour de notre culotte avec des mojitos dans le gosier ou de la pâte à tartiner artisanale au chocolat noir, avec des rondelles de banane et une seule boule de glace pour se donner bonne conscience ?



Nous passons notre temps à parler régime pour nous sentir mieux dans nos sous-vêtements mais au fond, arrêtons juste de nous voiler la fesse ! Nous parlons plus gras que les hommes un point c’est tout. Et ce gras-là ne fait pas de vergetures sur nos joues...

Hormis le fait qu’il se fasse draguer, épiler, inviter à danser et demander en mariage, j’ai pu constater que les plus machos ont la fâcheuse habitude de ne pas dire ce qu’ils ne font pas, et de se vanter de ce qu’ils font croire avoir fait.

En toute modestie Mesdames, nous, nous savons absolument dire ce que nous ne faisons pas, mais aussi ce que nous sommes capables de faire avec des inconnus alors qu’on nous a réclamé bien des fois ce genre d’exploits sous les draps d’une vie de couple conventionnelle.

Quand tu es célibataire, tu te surprends à prendre le plaisir quand il passe même s’il ne fait que passer ; surtout quand ça en vaut la peine.

Quand tu es en couple sous le même toit, tu veux te laisser surprendre ou créer la surprise dans toutes les pièces de la maison. Le lit c’est pour les réveils coquins ou les câlins qui s’y prêtent. Mais quoi de mieux que parcourir toutes les autres possibilités même au-delà de ta porte d’entrée, pour redonner du souffle à ta sexualité.

Nous les femmes, on n’aime pas la routine. On a surtout besoin d’aimer pour faire évoluer notre sexualité à deux.

Tu n’explores pas cette dimension lors d’un coup d’un soir. Tu peux apprécier la tournure douce ou bestiale de la chose sans passer par la case petit-déjeuner et prochain rendez-vous.

Mais en couple, depuis un certain temps, tu laisses entrer ces deux possibilités : la profondeur d’âme d’un parcours initiatique et l’intensité de l’acte.

Je fais partie de ces femmes qui n’ont aucun tabou mais qui aiment prendre le temps.

Si c’est pour avoir tout fait, tout exploré, jusqu’aux trous des oreilles, à seulement vingt ans, c’est bien dommage pour les années suivantes.

Au risque de passer pour une vieille conne, je trouve qu’il y a des étapes à respecter. Même si ta sexualité est différente selon les partenaires, l’acte en lui-même reste le même. Il y a des coquineries que tu n’as pas à faire à quinze ans parce que tu ne connais même pas ton propre corps. Il y en a d’autres que tu as intérêt d’explorer avant que tes vieilles articulations ne te rappellent à l’ordre.

Tu apprends avec le temps et les expériences diverses, à jauger tes propres désirs, ceux de ton ou ta partenaire, et surtout pas en fonction de références erronées.

Nous sommes physiologiquement celles qui reçoivent et énergétiquement celles qui diffusent. C’est pour ces raisons que l’homme est tout aussi concerné par l’appel de l’énergie féminine car il prend part à cette fusion dans la sexualité.

Il est physiologiquement celui qui s’introduit dans l’intime de l’intime, et énergétiquement celui qui reçoit.

Que ce soit un sexe en chair ou en latex, l’énergie masculine a besoin de se mettre à l’abri. L’intention pénétrante est de l’ordre de la rencontre. L’énergie féminine est enveloppante, quel que soit le geste qui se matérialise, quel que soit l’orifice....


128 vues

| retrouve-moi sur les internets |

  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
  • LinkedIn - Black Circle

le complexe de la moule ®

©2020all right reserved